Mois de l'histoire des Noirs 2020 - Patrimoine africain: l'histoire de la reine Abla Pokou

Nous aimons raconter et partager l'histoire du grand Reine Abla Pokou de la tribu Ashanti en Afrique de l'Ouest; à l'occasion du mois de l'histoire des Noirs 2020.

Nous espérons que vous aussi apprécierez de lire sur Reine Abla Pokou comme nous le faisons et laissez-vous inspirer par son courage et sa détermination.

On m'a enseigné (Haissata Diallo) l'histoire de Reine Abla Pokou à l'école primaire Côte d'Ivoire. Son histoire est celle de la création du peuple Baoulé de Côte d'Ivoire. Elle était une reine forte et aimante qui a fait un sacrifice profond pour le bien-être de son peuple, et a ainsi obtenu leur amour profond.

Reine Abla Pokou, la fondatrice du peuple Baoulé de Côte d'Ivoire, était une grande reine et femme qui a sacrifié ce qu'elle tenait le plus cher pour le bien-être de son peuple. De nombreux présidents africains apprendraient beaucoup du courage, de la détermination et de l'amour de la reine Abla Pokou pour son peuple.

Dans le 17 ème siècle, le roi Osei Kofi Tutu I a fondé l'Ashanti Empîre du Ghana. Etant donné que dans la culture ashanti la loi est matrilinéaire, lorsque le roi Oseï Tutu est mort, son neveu lui a succédé. Cependant, lorsque son neveu mourut peu de temps après, une guerre pour le trône commença à Kumasi, la capitale du royaume; cette guerre opposa un vieil oncle de la famille royale nommé Itsa, et Dakon, le deuxième frère de la future reine Abla Pokou (née au début du 18 ème siècle). Dakon mourrait également dans cette guerre fratricide.

Rapidement, Abla Pokou , comprenant qu'elle et ses partisans seraient les prochains à mourir, a décidé de fuir. Conduits par elle, ils ont marché pendant plusieurs jours et nuits, fuyant ceux qui menaçaient de les tuer. Ils sont rapidement arrivés sur les rives de la Comoé, située à la frontière entre le Ghana et la Côte d'Ivoire. Mais le fleuve est insurmontable, ses eaux sont dangereuses et leurs ennemis se rapprochent. Après avoir surmonté tant d'obstacles et marché pendant des jours, il était impossible de s'arrêter là.

Reine Pokou s'est tourné vers son sorcier de la cour pour obtenir des conseils, en disant: "sorcier, dis-nous ce que le génie de la rivière veut de nous pour traverser ses eaux perfides!" Le sorcier répondit: «Reine, la rivière est assez irritée et ne s'arrêterait qu'une fois qu'une offrande de ce qui nous est le plus cher lui serait faite. Ainsi, les femmes de la cour ont commencé à enlever leurs bijoux en or et en ivoire, et les hommes ont apporté leur bétail pour l'offrande. Mais le sorcier, secouant la tête tristement, déclara: "Ce qui nous est le plus cher, ce sont nos fils!"

En regardant son peuple, la reine décida de faire le sacrifice le plus difficile de tous les temps: celui de son petit fils enroulé sur le dos. Après l'avoir détaché, elle lui a dit: « Kouakou , mon unique enfant, pardonne-moi, mais j'ai compris que je dois t'offrir à la rivière pour la survie de notre peuple. Plus qu'une femme ou une mère, une reine est d'abord une reine! »Elle a ensuite stoïquement offert, sans verser une larme, son fils en sacrifice à la Comoé.

Une fois l'offrande faite, un chemin est rapidement apparu dans les eaux de la rivière Comoé permettant à la reine et à son peuple de le traverser. Une fois la rivière traversée, la reine a finalement pleuré: « BA OULI ! » sens " l'enfant est mort . » Cela deviendrait le nom du peuple " Baoulé ». Une fois arrivés au bon endroit, la tribu a organisé des funérailles pour l'enfant sacrifié. En mémoire de cela, l'endroit serait appelé Sakassou , sens " lieu des funérailles . »

Reine Abla Pokou régna sur son peuple pendant de nombreuses années, et la nouvelle de son bon règne voyagea très loin. Elle mourut vers 1760.

Certains historiens affirment qu'un grand arbre s'est penché pour laisser la reine et son peuple traverser, tandis que d'autres soutiennent qu'un groupe d'hippopotames a aligné un chemin à travers la rivière pour la reine. Quoi qu'il en soit, l'histoire du grand courage de la reine reste la même.

Son histoire a été transformée en film 3D: POKOU Princesse Ashanti, en Côte d'Ivoire. L'auteure ivoirienne Véronique Tadjo a également publié un livre Reine Pokou: concerto pour un sacrifice en 2005.

(source: https://afrolegends.com)